22.10.2019, 10:56

Menace nucléaire: une vidéo du CICR a été vue 6 millions de fois en une semaine

chargement
Les Etats nucléaires augmentent leur armement, élargissent le type d'armes et rendent leur utilisation plus facile.

inquiétude Une vidéo du CICR qui relève l’impact probable en cas d’explosion nucléaire dans une ville actuellement crée le «buzz». Elle fait partie de la campagne pour l’interdiction de ces armements. En Suisse, Conseil fédéral et Parlement sont opposés sur la question.

Les populations sont inquiètes de la montée des tensions internationales autour des armes nucléaires, selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Une vidéo que l’organisation a postée il y a une semaine a été vue par six millions de personnes.

La menace d’un recours à l’arme nucléaire «augmente», a estimé mardi à Genève le responsable de la campagne menée par le CICR pour l’interdiction de ces armements, Enrique Mestre. La vidéo relève l’impact probable en cas d’explosion nucléaire dans une ville actuellement.

«Des millions de personnes seraient affectées et personne ne pourrait apporter un secours significatif aux victimes et aux rescapés», dit le CICR. Aucun pays, ni aucun dispositif médical, ni aucune organisation ne peut offrir une réponse adaptée.

 

 

Selon un conseiller du CICR, la vidéo montre non seulement «l’inhumanité» des armes nucléaires, mais aussi «qu’il est possible» de les stopper «en les interdisant et les éliminant». Le Mouvement de la Croix-Rouge, dont fait partie l’organisation, soutient le traité d’interdiction conclu en 2017.

Les Etats nucléaires augmentent leur armement, élargissent le type d’armes et rendent leur utilisation plus facile, avait-il déploré en février en lançant une campagne mondiale. Outre les tensions liées à l’Iran, l’abandon par les Etats-Unis et la Russie du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), en vigueur depuis 1988, a fait monter la menace.

Conseil fédéral et Parlement opposés

Après de longs mois d’analyse de la situation, la Suisse avait renoncé à adopter le traité d’interdiction de 2017, rejeté par l’ensemble des pays qui bénéficient de cette arme. Elle considérait notamment qu’il pourrait fragiliser le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et qu’il ne prenait pas en compte certains intérêts en termes de sécurité.

 

Des millions de personnes seraient affectées et personne ne pourrait apporter un secours significatif aux victimes et aux rescapés
Enrique Mestre, responsable CICR

 

Le Conseil fédéral avait été largement critiqué pour cette décision, notamment par la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), Prix Nobel de la Paix en 2017. A tel point que le Parlement lui a demandé il y a près d’un an de ratifier sans délai l’accord, sans effet.

Plus de 120 Etats avaient adopté en juillet 2017 le texte d’interdiction des armées nucléaires, mais un peu plus de la moitié d’entre eux seulement l’ont ensuite signé. Pour le moment, seuls deux tiers des 50 ratifications requises pour l’entrée en vigueur ont été atteints.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Accident nucléaireJapon: les ex-dirigeants de Tepco, opérateurs de la centrale nucléaire de Fukushima, sont acquittésJapon: les ex-dirigeants de Tepco, opérateurs de la centrale nucléaire de Fukushima, sont acquittés

tensions dans le golfeNucléaire: l’Iran réduit ses engagements et met en route des centrifugeuses avancéesNucléaire: l’Iran réduit ses engagements et met en route des centrifugeuses avancées

AccidentRussie: l’explosion qui a fait 5 morts jeudi dernier causée par des tests de «nouveaux armements» nucléairesRussie: l’explosion qui a fait 5 morts jeudi dernier causée par des tests de «nouveaux armements» nucléaires

Relations internationalesDésarmement: Moscou et Washington mettent fin au traité nucléaire INFDésarmement: Moscou et Washington mettent fin au traité nucléaire INF

Top